[Film] « Le Choc des titans », Louis Leterrier

Forum elbakin.net, 9 avril 2010.

Or donc j’ai vu le film hier soir, en VO et en 2D. J’avais pris la précaution de ne pas trop m’emballer et de partir sans attente particulière, pour ne pas être trop déçu au cas où, et j’ai bien fait. J’ai passé un bon moment, mais mon avis global reste : pas mal, mais peut mieux faire.

Ce que j’ai bien aimé :
– c’est ENFIN un vrai péplum mythologique. Entre Troie et son adaptation pseudo-historique privée de merveilleux et 300 avec son look de Léonidas au pays des Duke Nukem qui remplaçait tout par des zombies et des piercings, ça fait combien de temps qu’on avait pas eu ça ? Enfin quelqu’un qui ose ressusciter le genre ! Enfin des bonnes vieilles créatures mythologiques et des dieux à l’écran ! Youpi !

– visuellement, c’est beau. Les décors, costumes, dieux, monstres, etc. sont bien faits. Il y a des plans vraiment superbes, notamment la ville d’Argos, et des paysages bien choisis. La qualité globale des effets spéciaux est là. Les dieux sont kitsch, mais ils sont objectivement très durs à représenter à l’écran, et Leterrier a le mérite de s’y être essayé franchement (contrairement à ce lâcheur pseudo-historicisant de Wolfgang Petersen avec Troie). Et le résultat n’est pas si mal, c’est une vision des dieux très au goût du jour : des dieux en armure, puissants et très conscients de l’être – l’ensemble a un côté très comic (et m’a fait penser au Fléau des dieux, aussi). On peut aimer ou non, personnellement je trouve que ça ne rend pas si mal.
– ce n’est heureusement pas *juste* une guerre entre les humains et les dieux, c’est un peu plus subtil que ça. Il y a beaucoup de trucs dans le film qui ne sont pas subtils, mais là ça va. J’ai eu les mêmes craintes que Roland Vartogue quand j’ai vu les bandes-annonces : « encore un film qui plaque un affrontement hommes/dieux sur la mythologie grecque ». En fait, non : sans dévoiler le détail du scénario, tous les dieux ne sont pas méchants, et Persée ne fait pas *que* lutter contre « les dieux » (il est surtout fâché contre un, en fait). Et le cours du film apporte quelques nuances. Le Grand Méchant du film est certes Hadès, et, certes, l’histoire selon laquelle il a été « arnaqué » par Zeus ne correspond à rien. Mais ce n’est pas si choquant, dans la mesure où :
1) même si ça ne va jamais aussi loin, Hadès est tout sauf une divinité sympathique dans la mythologie (en fait on le voit assez peu, sauf quand il enlève Perséphone, mais il est très craint, comme tout ce qui touche aux Enfers), et accessoirement, les disputes entre les « trois frères » Zeus/Poséidon/Hadès existent, on voit notamment des accrochages entre Zeus et Poséidon dans l’Iliade, donc Hadès pourquoi pas ?
2) si on revient sur ce qui se fait en récits mythologiques de nos jours, c’est quand même une tendance lourde de faire soit d’Hadès, soit des Titans (soit des deux) les méchants de l’histoire. En l’occurrence, on est complètement dans la lignée de l’Hercule de Disney ^^

– le film est très enlevé, les péripéties s’enchaînent vite, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Ce qui explique aussi que tout soit plié en moins de deux heures. Ça contribue en partie à sauver le film de ses défauts, parce que si ça avait duré plus longtemps, on se serait ennuyé, sans aucun doute possible…
– le film est un remake qui s’assume, c’est-à-dire qu’il y a une ou deux allusions au premier film qui sont plutôt sympathiques (j’en ai repéré une, la plus évidente, mais il y en a peut-être d’autres, je n’ai pas eu le temps de revoir l’ancien en entier avant d’aller voir le remake). De même, le scénario est repris du premier, mais apporte son lot de nouveautés plutôt intéressantes. Bref, c’est un remake qui contient une part d’hommage et qui n’ignore pas superbement son prédécesseur : plutôt élégant de la part de Leterrier.

(Spoiler) L’allusion : quand Persée tombe sur la chouette mécanique parmi l’équipement des soldats d’Argos. Un instant j’ai même cru qu’ils allaient vraiment utiliser ce personnage, dommage ! (/spoiler)

Les modifications :
– tout l’épisode des scorpions a été très amplifié et nuancé par rapport au premier film, où, dans mon souvenir en tout cas, il se résumait à « faire apparaître deux gros scorpions qui essaient de tuer Persée, qui les tue, et c’est tout ». Ici, outre que la naissance des scorpions est bien amenée (la main tranchée et les gouttes de sang), ils jouent un rôle plus nuancé grâce à l’intervention des djinns, qui n’étaient pas dans le premier film si je ne me trompe, et qui sont l’occasion d’un petit cross-over mythologique assez sympathique (très politiquement correct, les « Orientaux qui en fait sont nos alliés », certes, mais ça change agréablement de 300).
– en revanche, il me semble qu’Io est un ajout pur et simple, puisque dans mon souvenir c’est Athéna qui jouait un rôle équivalent dans le premier film (d’où la chouette mécanique). Ce changement-là ne s’imposait pas et il dessert le scénario plus qu’autre chose – dommage.

Ce que j’ai pas aimé :
– la musique est, heu, basique, pas subtile du tout, à base de « broum broum » (et de petites flûtes dans les scènes émouvantes). On a évité le « yaryaryar tribal plaintif » de Troie qui donne envie de mettre des baffes, mais quand même, ça ne dépasse pas le minimum syndical. Dommage.
– Sam Worthington est *snif* mauvais 😦 Dans Avatar ça ne se voyait pas, mais là, ça ne pardonne pas. Ce type est aussi peu expressif que Charon (et encore).

(Spoiler) Il est victime du tic qui consiste, pour essayer de rendre une réplique crédible, à hocher la scène en fronçant les sourcils d’un air déterminé. C’est juste mauvais (mais très hollywoodien). Autre exemple, la scène où il voit Pégase pour la première fois : il devrait au moins essayer d’avoir l’air étonné, je ne sais pas, moi, un cheval avec des ailes, ça ne se voit pas tous les jours, surtout quand on est pêcheur – mais non. (/spoiler)

– la réalisation est très inégale, parfois très brouillonne. Certaines scènes de bastons sont beaucoup trop confuses, ça va à toute vitesse, on ne comprend pas forcément tous les enchaînements et on n’a pas toujours le temps de profiter des effets spéciaux. D’autres scènes tombent complètement à plat :

(spoiler) l’entrée en scène de Pégase, par exemple. (/spoiler)

Heureusement, les scènes les plus importantes (en particulier le Kraken) restent soignées.
– les dialogues sont affreusement… je ne sais pas, hollywoodiens (mais du mauvais Hollywood). On ne compte pas les phrases à l’emporte-pièce sur le destin, le courage, etc., les petites phrases taillées comme des « répliques qui font classe » (sauf qu’en fait non), les harangues ratées, et certaines scènes sont simplement navrantes : (spoiler) la harangue avant l’entrée dans la tanière de Méduse, la mort d’Io… (/spoiler)

– Io (Gemma Arterton, d’ailleurs mignonne comme tout) doit porter à peu près un coup au combat pendant tout le film et se cantonne ensuite à un rôle de vague conseillère sentimentale. Pour la touche de féminité au sein du groupe d’aventuriers, on repassera…
– on ne voit pas assez Nicholas Hoult (une vraie bombe sexuelle en jeune étudiant dans A Single Man, et ici dans le rôle d’Eusabios) !

Ce qui est à double tranchant :
– contrairement à ses prédécesseurs néo-péplumesques, ce Choc des Titans ne se prend pas complètement au sérieux. Il y a pas mal d’humour, qui marche plus ou moins bien selon les séquences (ex. les deux chasseurs de monstres deviennent un peu lourdingues sur la fin, heureusement on les voit assez peu), mais surtout l’ensemble a un aspect très ludique, Leterrier s’amuse avec son histoire et ses personnages et y prend plaisir – ça se voit, et c’est assez communicatif. J’ai eu parfois l’impression d’être devant une gigantesque bonne vieille partie de jeu de rôle filmée, qui me donnait envie de sortir mes dés et mes feuilles de persos et d’aller jouer la suite entre amis. L’inconvénient, c’est que le film y perd en élégance et en « standing », et que cette composante d’autodérision tire l’ensemble vers la série B de luxe plutôt que vers la « grande épopée impressionnante » que recherchait le premier Choc.
– le générique de fin, très drôle mais horriblement kitsch.

Bref, un bon moment, et un péplum amusant, une fois qu’on le replace dans le contexte du genre et de ce qu’on peut en attendre ces temps-ci ; mais ce n’est pas le grand film que j’espérais, et il aurait été possible de faire nettement mieux sans trop de difficultés (ne serait-ce qu’en soignant un peu plus la mise en scène, en virant les infidélités mythologiques les plus inutiles, et en engageant un meilleur compositeur pour la BO). Mais le film a le mérite d’exister : il n’y a plus qu’à espérer qu’il aura assez de succès pour convaincre d’autres réalisateurs de faire revivre le genre.

L’affiche du premier « Choc des Titans », celui de Desmond Davis, en 1981.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :