Italo Calvino, « Si par une nuit d’hiver un voyageur »

Forum Le Coin des lecteurs, 15 mai 2010.

Je viens de finir ce livre, recommandé par une (plus qu’) amie, et j’ai beaucoup aimé. Comme en plus c’est un livre qui parle beaucoup de lecture, c’est l’endroit idéal pour en parler

Le quatrième de couverture est très bof, alors voici un résumé de mon cru :

Ce livre s’adresse à toi, Lecteur, et on t’y verra aussi, Lectrice. Ce livre s’adresse-t-il à toi, qui tiens le livre, ou à ton alter ego imaginaire lui-même en train de lire un livre ? C’est ce que tu découvriras très vite. Si par une nuit d’hiver un voyageur est une aventure de la lecture, à la fois frustrante et exaltante.

Toi, Lecteur, tu commences à lire Si par une nuit d’hiver un voyageur, d’Italo Calvino. Mais voilà qu’à la fin du premier chapitre, plus rien : une suite de pages blanches. Ton exemplaire est défectueux ! Vite, tu te rends à la librairie la plus proche, pour y réclamer un exemplaire complet. Tu y croises la Lectrice, une dévoreuse de livres comme toi, qui a eu le même problème. Vous repartez avec vos nouveaux exemplaires, mais voilà : le livre sur lequel vous tombez n’a rien à voir avec celui que vous aviez commencé ! C’est un autre roman, tout différent, mais tout aussi intéressant, voire plus, que le premier.

De fil en aiguille, ce n’est plus seulement un roman dont vous cherchez la suite, mais deux, trois, quatre, et chaque fois une sorte de malédiction malicieuse vous empêche de poursuivre la lecture, et vous fait rencontrer d’autres romans encore, tous différents. Au fil de ces rencontres, un complot machiavélique se révèle, dont l’enjeu n’est rien de moins que le monde de l’édition tout entier. Vos lectures sont-elles condamnées à rester inachevées ? Et surtout, est-ce une bonne ou une mauvaise chose ?

Mon avis :

Calvino tient ici un pari : écrire non pas un roman entier, mais dix débuts de romans, tous différents par leur style et leur contenu. Le tout inclus dans une seule histoire suivie, celle des lecteurs, qui découvrent peu à peu les mésaventures du texte, des auteurs, des éditeurs, et se retrouvent embarqués dans un thriller rocambolesque autour du monde du livre.

Le côté « méta » de l’histoire peut surprendre ou rebuter au premier abord, mais l’effort en vaut largement la peine. Loin d’une simple accumulation de procédés inhabituels (la narration à la 2ème personne du singulier, par exemple) ou d’une composition technique un peu froide (comme les préjugés sur les auteurs de l’OULIPO dont Calvino fait partie pourraient le faire penser à tort), Calvino développe un récit à la fois plein d’humour et de second degré, par ses constantes mises en abîme des aventures du lecteur, et une narration virtuose, avec ses romans tous différents, tous intéressants, et tous plus frustrants les uns que les autres (même si j’ai mes préférés, naturellement).

Bref, un parti pris original et une histoire réussie : un très beau roman sur la lecture et les lecteurs.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :