[Film] « La Princesse et la grenouille », des studios Disney

19 juillet 2012

Forum elbakin.net, 4 février 2010.

Vu il y a trois jours, et c’est meilleur que ce que j’aurais osé espérer ! Je ne me suis pas ennuyé une seconde, et ce n’est qu’au moment du dénouement, relativement classique (même si bien fait), que j’ai un peu soupiré devant certaines phrases assez « guimauve ». Mais pendant tout le reste du film, il n’y en avait pas tant que ça : Disney, a bien sûr repris des ficelles classiques, mais, la plupart du temps, l’équilibre « ambiance de conte mais pas mièvre » est remarquablement bien tenu.

L’animation est bonne, soignée, avec une sorte de « old touch » qui rappelle les Disney « à l’ancienne » (en particulier le graphisme du crocodile, je trouve) et des décors parfois somptueux. C’est un vrai plaisir de retrouver un bon Disney bien fait, avec un graphisme de « classique Disney » (différent des partis pris graphiques un peu extrêmes pris pour Kuzco ou Atlantide, qui étaient intéressants, mais ont apparemment été mal reçus par le public).

Je ne sais plus quel critique (en fait si : celui du Monde) trouvait que le film péchait par un manque d’attention aux personnages : eh bien, je ne suis pas d’accord du tout. Je trouve au contraire que les personnages sont remarquablement travaillés, en particulier Tiana. On est à des années-lumière d’Atlantide ou de La Planète au trésor où tout le paquet était mis sur l’univers et où les personnages n’étaient guère que des clichés sur pattes. Là, les personnages ont une vraie profondeur, ils ont tous une histoire, et il n’y a même pas de « petit animal mignon qui accompagne le héros », car même les personnages secondaires animaux (Louis l’alligator et Ray la luciole) sont bien campés et bien intégrés à l’intrigue. Le prince est assez archétypique, mais c’est au départ un anti-héros complet (façon Kuzco) plutôt réussi. Le méchant, le Dr Facilier, ne restera sans doute pas dans l’histoire comme le meilleur méchant Disney, mais il fait son boulot et est honnêtement détestable.

Le scénario général est honnête. Certains thèmes rappellent un peu la Petite Sirène, d’autres louchent vers l’Anastasia de Dreamworks (mais je suppose que c’est dû à l’emploi des mêmes « ingrédients » pour le méchant – je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler). Il y a plusieurs petites allusions à d’anciens Disney ici et là, mais ce n’est pas envahissant.

Et (même si là encore j’avais un peu peur) j’ai énormément aimé les chansons. Je précise que j’ai vu le film en VO, et je vous recommande d’en faire autant, parce que l’anglais renforce encore l’atmosphère particulière du film, centrée sur la Nouvelle Orléans, la Louisiane, les bayous etc. qui contribue beaucoup à son originalité. La bande-son est très jazzy, et c’est vraiment prenant.

Les concepteurs disaient s’être recentrés sur l’histoire plutôt que sur les scènes visuellement marquantes, et il me semble que ça se voit – et que ça marche plutôt bien ! De quoi faire attendre Raiponce avec impatience…